RION (40) Samedi 17 Mai 2008

"Il n'y a pas écris bécasse ici". Cette petite phrase à fait le tour de la France ....gastronomique. Vous connaisez tous MAITE, la Chef de cuisine, célèbre restauratrice de RION DES LANDES.  Malgré que le circuit frole son resto, on l'a pas vu sur le bord de la route. C'est vrai qu'elle devait avoir d'autres chats à fouetter parce que le resto était plein à craquer ou alors peut etre qu'elle était partie chasser la bécasse. C'est pas la saison, mais avec elle il faut s'attendre à tout. 

Les 40 coureurs de  3ème catégorie et la trentaine de GS étaient  préoccupés, eux,  par leur course et surtout la pluie qui tombait et rendait le circuit dangereux . Et ils se demandaient à quelle sauce ils allaient etre mangés car les "gros" nuages noirs n'étaient pas la pour faire de la figuration.

Dans ces 2 groupes, les Hautes Pyrénées étaient représentées par Arnault BACHALA en 3ème et Pierre ALEGRE en GS, tous deux de la J.A. BORDERES.

Et on les a vus et revus ces deux là, toujours omniprésents en tete des 2 pelotons si ce n'est dans les échappées. Et ils ont faits main basse sur les primes aussi bref, du bleu et blanc devant, comme d'habitude depuis quelques semaines. Tant mieux pour le Président Bernard LACOSTE qui doit se frotter les mains dans sa Mairie de Chis, et oui, c'est le nouveau Maire du village.

Les GS tout d'abord puisqu'ils sont arrivés les premiers du fait du nombre de tours moins élevés que les 3ème. A mi course, Pierre s'est retrouvé dans un petit groupe d'échappés qui est resté bien longtemps à portée de fusil (pour la bécasse bien entendu) du peloton. Mais il était écris que les plus forts étaient devant et malgrè les sursauts des poursuivants, les fuyards n'allaient plus etre revus. Et on connais bien la vitesse au sprint de Pierre alors perso, je l'ai mis favoris pour la gagne. Oui mais du bord de la route, je ne vois pas tout, les autres non plus d'ailleurs. Pierre était un peu juste d'après ses dires, ils se savait condamner au sprint car il s'était rendu compte qu'il n'avait pas affaire à des ingrats en matière de sprint. Alors, connaissant la course sur le bout des doigts, il n'a pas attendu la dernière ligne droite pour voir s'il pouvait vaincre une 2ème fois cette saison. Il a attaqué les autres 1, 2 et 3 fois dans le dernier tour mais ses adversaires ne s'y sont pas laissés prendre. Pardis, c'est dur de s'imposer dans cette catégorie de GS. Les GS ne sont plus tout jeunes, ils dépassent majoritairement  la cinquantaine, allégrement pour certains d'ailleurs, mais ceux sont des roublards, la compét, il la connaisse par coeur. Ils ont des heures de selles les loustics et ça se voit. Alors quand Pierre a essayer de s'en défaire en les attaquants, ils avaient les yeux grands ouverts et ils l'ont laissés tournés en pole position dans le dernier virage. Un virage trés serré et Pierre en a remis une dernière et en le voyant prendre quelques longueurs à ses compagnons, le speaker le présentait déjà fleuri. Mais quelle est longue cette ligne d'arrivée de Rion, on n'en voit jamais la fin dans un sprint. Ah, on la voit de loin la banderolle mais on n'y arrive pas dessus en 2 coups de cuillères à pots, croyez moi. Pierre a essayé mais n'a pu résister car il devenait aussi un "sacré" point de mire pour les autres. Et à moins de 50 m de l'arrivée, il a vu passer 2 gars qui n'en demandaient pas tant. Dommage pour toi Pierre, mais t'en fais pas, tu vas bien vite remplacer les fleurs fanées de Mauvezin.

Et après les GS, les 3ème qui tournaient inlassablement, tantot sous le soleil et tantot sous la pluie. Heu..... plus sous la pluie quand meme. Et la chaussée mouillée n'avait pas enlever l'envie de batailler. Ca fusait de tous les cotés et vu la tete qu'ils avaient tous à l'arrivée, pas de doute, la course avait été des plus intense et usante. Et Arnault dans tout cela, qu'a t'il fait?  Et bien comme Pierre, dans tout les coups et quand il n'y était pas, il rentrait seul. Toujours dans les premiers du paquet, jamais pris en défaut. Oui mais voilà, faire la course devant, ça implique une grande dépense d'énergie et meme s'il en a à revendre Arnault, elle n'est pas inépuisable. Aucun coureur n'a pu déserrer l'étau du peloton et c'est un peloton groupé qui entamait le dernier tour. Et pas de surprise, au bout de la longue ligne droite, devinez qui tournait en tete, Arnault bien sur. Et il ne fait pas dans la fioriture Arnault car il attaque le sprint aussitot. Quelle veine pour ses adversaires qui n'en souhaitaient pas plus. Toujours en téte à moins de 150 m de la ligne, Arnault a faibli, tout naturellement, en vue de la ligne d'arrivée et en a vu passé 3 devant lui. Il pouvait légitimement penser faire 4ème mais non, les 10 derniers mètres lui étaient fatals, 5ème serait sa place. La dernière ligne droite de RION ne sera décidément pas un bon souvenir pour la JAB, ils s'en souviendront longtemps. Bon, toi aussi Arnault, sur ce que j'ai pu voir aujourd'hui, ça m'étonnerait que tu n'en gagnes pas une prochainement.

Le MIRACLE a eu lieu à RION cet après midi. Non, MAITE n'est pas venu me voir, les autres non plus mais nous avons eu droit à la visite du soleil, si,si, et en plus, pendant qu'on s'échauffait, nous les 1ere et 2ème, et bien les beaux rayons et le vent génial - dès fois on le trouve génial le vent - sont venus sécher la route. Et bien moi, j'étais super content car la pluie en course sur route ne m'inspire plus beaucoup. Mon coéquipier Joel DOMENE et les 2 borderais de service Emmanuel et Jean Jacques MEHAULT étaient aussi ravis que moi de cette situation.

Le moral des troupes étant revu à la hausse, les bigourdans pouvaient penser batailler ferme pour se faire respecter. Bon, on n'a pas affaire non plus à des "toquards", je peux vous le dire et vu les premiers tours avec la selle dans le c.., nous n'étions pas trop fiers et avec la complicité du vent, dès fois on le trouve pas génial le vent,  la course n'était pas des plus facile.

Sincèrement, je pense que Jean Jacques a été le plus en vu des bigourdans, qu'est ce qu'il a attaqué et roulé. Tu nous a fait une super course Jean Jacques, tu aurais mérité mieux que ta 8ème place. S'il y avait eu un prix du plus combatif en 2ème, tu l'aurais eu sans problème. Joel aussi a pris sa part au déroulement de la course. Inquiet ces dernières semaines du fait de son mal au dos, il a réussi à modifier sa position et les bienfaits se sont faits sentir de suite. Je crois qu'il s'est fait plaisir aujourd'hui et a retrouvé la confiance. Cette confiance, quand elle manque a un coureur, c'est la pire des choses, autant que la condition physique. Au moins, ça c'est réglé et on va revoir Joel à l'attaque, c'est bon signe.

N'empèche que ces bonnes nouvelles ne donnent malheureusement pas droit au bouquet à l'arrivée systèmatiquement. Et il s'en est fallu de peu, n'est ce pas Jean Jacques? A 3 tours de l'arrivée, au plus gros de la bataille, il a réussi le tour de force de combler seul un trou d'une centaine de mètres pour retomber sur les échappés, tous 1ères catégories. Plus que 2 tours pour les 2ème catégorie et toujours Jean Jacques "seul 2ème" à l'avant. Les rayons de soleil et les 1ères caté qui l'entouraient n'ont pas pu l'aider  à conserver cette avance définitive. 3, 4 puis 5 autres coureurs sortaient du peloton et se joignaient à lui, pensant eux également que la course avait pris la bonne tournure. Et non, toujours pas, Joel se sentant  pousser des ailes , sortait lui aussi  et rentrait mais pas seul, et celui qui l'accompagnait ne faisait pas pour rire puisqu'il démarrait aussitot pour faire le dernier tour seul devant nous. Le peloton s'étant regroupé derrière, il ne nous restait plus que la 2ème place à nous mettre sous la dents. Ca tombait bien, j'avais bon appétit à ce moment là de la course et je ne me suis pas fait prier pour coiffer tout ce beau monde. Encore 2ème, toujours pas de victoire, mais je ne désespère pas. Mon ambition est de  passer le plus vite possible en 1ère catégorie mais je ne cracherais pas sur une victoire en 2ème pour quitter cette caté.

Il ne restait plus que les 1ères sur le circuit et si les premières places étaient distribuées, les places d'honneur étaient ouvertes. Et Emmanuel MEHAULT ne s'est pas géné pour aller chercher une place  dans les 10. C'est une bonne chose pour lui aussi car il a eu un mauvais passage en course. Je le sais parce qu'on se parle entre nous en course et rassures toi, Manu, t'es pas le seul à avoir des passages à vide, ça arrive à tout le monde. Mais tu reviens bien. Ton coup de pédale est fluide, c'est bon signe non?

Hein Pierre, quelle est longue cette ligne droite......

Ah, Arnault, si tu avais pu lui demander à Pierre comment ça s'était passé pour lui, t'aurais pas fait le sprint pareil non?

Oui, je sais, je sais, il y en a un devant.... je ne suis que 2ème.

Ils ont pas l'air si mal que ça Manu et Joel....

Test de jambes pour une prime. Ok tout va bien, je suis rassuré.

Dernier tour pour Jean Jacques. Le vainqueur c'est celui qui est seul derrière et qui va tous les déposer en passant. Manque sur la photo, Joel, qui est juste à cote de lui mais qui n'y a pas cru.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau