ONESSE LAHARIE (40) Lundi 12 Mai 2008

ONESSE et LAHARIE. Vous connaissez vous? Et bien moi oui car depuis 3 ans, je m'y rend chaque hiver pour y disputer le traditionnel cyclo cross. C'est un charmant village landais, à quelques encablures de la mer, de Contis Plage en particulier.Moi, j'adore courir dans ce coin car je crois que je suis en "vacances". Le sable, le soleil, les pins..... tout pour s'y croire. Quand on fait du cyclisme de compétition, c'est pas toujours des vacances meme si les conditions y sont réunies. Moi, j'aime bien courir sur la cote, basque ou landaise, peu importe, parce qu'après la course, on peut aller à la mer toute proche et se faire un resto en suivant. En fait, oui c'est quand meme les vacances...... En définitive, je ne le fais pas souvent non plus, la mer et le resto après.

Ce week end, c'était la féte du village et le soleil aidant, sur le circuit de 2,5 kms, les habitants avaient installés les tables dehors pour manger et c'était super sympa de courir devant eux car ils nous encourageaient trés vivement de la voix.

Le circuit serait super aussi s'il n'était truffé, dans la ligne d'arrivée, de dos d'anes. Et il y en a tout les 200 m. Vous vous imaginez faire un sprint en sautant les dos d'anes, et bien c'est ce que nous avons fait. On pouvait pas faire autrement d'ailleurs.

A 14h00, la course des 3ème quitte le quai d'embarquement avec à son bord, Jean Michel DUBOS (JAB) et Pascal SOLANS (TCC), les deux seuls matelots des Hautes Pyrénées à avoir fait le déplacement. Ils ont dus avoir peur que la mer se démonte par ce que c'est parti vite, trés vite. Dés le 1er tour, ils étaient tous en file indienne et les primes distribuées et le classement par points n'étaient pas là pour inciter les coureurs au farniente. Et de farniente, il n'y en a eu point jusqu'au dernier tout où un homme avait pris un peu d'avance sur ses camarades. On s'est bien dit qu'il n'irait pas jusqu'au bout tellement ça roulait derrière. Et on (les spectateurs dont moi) s'est pas trompé, car au dernier km, il a été repris par la meute toute heureuse de se "faire" une arrivée groupée. Oui mais, parce qu'il y a un oui mais.... Il vous est déjà arrivé de voir un chat jouer avec une souris et qu'à la fin la souris arrive à se planquer quelque part et que le chat ne la retrouve plus. Et bien, ça s'est passé exactement comme ça. La meute lançé aux trousses du malheureux se voyait déjà en train de faire le sprint final quand celui ci a accélerer à nouveau et dans le dernier km, qui va se dévouer pour aller le chercher sous peine de voir ses chances fondre à vue d'oeil? Personne, et Jean Michel aura eu beau lancer le sprint de trés loin pour essayer de venir le coiffer sur la ligne, c'était trop tard. Jean Michel finissait second, regrettant au passage son isolement dans le peloton. Celui là, il y tourne autour de la victoire. Hier 4ème, aujourd'hui 2, il sait courir le bougre, je lui fais confiance. Sur c'est pour bientot.

Pour Pascal, par contre, ça sent les vacances, les vraies. Et je crois qu'il a besoin de souffler un peu après son super début de saison. Il m'a dit qu'il était un peu fatigué et je veux bien le croire. Quand on est Chef d'Entreprise et qu'il n'y a que  le dimanche pour faire relache, et de surcroit quand on le réserve au vélo ce jour dominical, et bien, oui on a le droit de se faire une coupure. Passes de bonnes vacances et revient nous bronzé Pascal.

Et après cette magnifique épreuve, c'était à notre tour à nous, Joel DOMENE et moi meme , de s'embarquer pour le voyage des 2èmes puisque le départ des 1ères était séparé. 50 coureurs en tout. 25 devant et 25 derrière. Sincérement, pas la peine de couper le paquet en deux car seuls la couleur des dossards nous différencie. Le niveau est le meme et la majorité des 2ème peuvent changer de catégorie sans problème. Ils ne vont meme pas s'en apercevoir.

Donc, le peloton des 2ème est laché 30 secondes après le premier et là aussi, pas de préliminaires, on rentre dans le vif du sujet de suite. Et au 5ème tours des 30 prévus, nous sommes 5 à faire la jonction avec les 1ères. Je dis on car j'y suis dedans. Et vue l'avance que nous avions prise, je me suis dit que le coup était jouable. Sauf, que 6 premières avaient déjà dynamiter le peloton et nous précédaient de 30 secondes, déjà.

Raté pour ce coup ci, tout le monde est rentré et nous avons fait à partir de là, cause commune entre les 2 groupes.

Mais les échappés, eux, s'en fichaient un peu que derrière ça se passe comme cela. Eux continuaient leur bonhomme de chemin. Et comme il n'y avait pas de borgne dans ce groupe, ils filaient vite et bien en regardant devant et pas derrière.

Devinez ce qui aller arriver. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs mais 3 ou 4 gars, meme pas de la meme équipe, se sont mis devant et ils ont imprimés un rythme trés élevé. Et ça ne s'est jamais relevé. Jusqu'à la fin, la selle dans le c.. . Et oui, meme en UFOLEP ça arrive pour ceux qui ne le croirait pas. Je sais pas s'ils ont l'intention de préparer un CLM par Equipe ces gars là, mais ils peuvent le faire leur CLM, je vous le dis moi, ils sont fins prets.

Je vous fais pas un dessin pour savoir comment aller se terminer la course des 2ème, au sprint pardis!!!!

Et moi, ça m'arrangeait bien cette affaire là. Le sprint j'aime bien. On (les 2èmes caté) a quand meme pris les affaires en main à trois de l'arrivée et je pensais que nous allions finir à 6 car nous avions encore un peu d'avance mais non, les 1ères ne voulaient pas que ça se passe comme ça non plus. Le dernier virage était en vue et après... 800 de ligne droite avec nos chers amis les dos d'anes. 

J'étais en 4ème position dans le virage lorsque le premier éclate dans le virage et chute lourdement. La route était rugeuse à cet endroit du circuit et je préfère pas etre à sa place, ça doit cuire un peu ce soir. Il s'est relevé quand meme et à finit le vélo à la main.

Et moi, j'ai fait un peu de cyclo cross sur le bas coté, ça me connait et je remonte sur la route en .... 4ème position.

J'ai rien perdu et en plus nous avons pris 50 mètres mais ça se regarde et derrière ça revient et comme toujours dans ces cas là, ça flingue de derrière. J'y vais de suite et je suis en 2ème position à ....l'avant dernier dos d'ane. C'est à dire grosso modo à 400 m de la ligne. Pas terrible comme place mais je n'y peu  plus rien. D'autant plus que le sprint se lance juste après ce dos d'ane et le premier s'écarte me laissant à plus de 300 m de la ligne devant, alors je  retarde le sprint mais mal jugé car je me fais passer à droite et à gauche en plein sur le dernier dos d'ane,  à 200 m de la l'arrivée. L'étau se resserre juste derrière et je ne peux plus faire le sprint et je me fais déborder pour la 3ème et 4ème place. 5ème, je pensais secrètement que je pouvais la gagner celle là mais comme pour Jean Michel, il faudra remettre ça à un peu plus tard.

La saison est longue et il ne faut pas désespérer, n'est ce pas Jean Mimi? 

L'arrivée des 2ème catégorie

Joel devant dans la relance

Fais gaffe Jean Michel, celui là c'est un costaud.....

Allez Pascal, encore quelques tours et puis c'est les vacances.....

OH LA LA, je passe à droite ou à gauche.......

L'échappée du jour où on reconnait Lionel LARRICQ en 3ème position, bien connu dans les Hautes Pyrénées. Ah, au fait, milles excuses, il n'y a pas que des pins dans les Landes.....

 

 

Commentaires (1)

1. dubos jean michel 13/05/2008

salut Alain sympas tes commentaires ,comme tu dis c'est pas simple pour gagner on est pas loin je te lance un pari amical le premier qui gagne paie un coup à l'autre,ça devrait se jouer au sprint,bonne chance et a+.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau