ASTIS (64) Dimanche 22/06

 

 

 

Qu'est ce qu'il faisait chaud cet aprés midi!  Pas ou peu d'ombre dans cette petite commune d'ASTIS, au Nord de Pau, pour la course cycliste. Vous avez bien lu, ASTIS et non PASTIS. D'ailleurs, le panneau du village n'y a pas échappé, le nom du village est précédé d'un ....P. La différence, et bien, c'est qu'il n'y avait pas de glaçons qui trainaient. Je crois d'ailleurs qu'ils auraient été les biens venus, ces glaçons. Pour cette année, on s'en passera.....de toute façon, nous ne pouvions pas faire autrement.

D'ailleurs, la vingtaine de GS rangés sur la ligne de départ n'étaient pas particulièrement pressés de le prendre ce départ. Mais pour qu'il y ait une course, il faut bien qu'on le donne ce départ.

N'empêche qu'il y en a 2, accrochés au camion, qui veulent passer inaperçus. Je connais les noms mais je ne les dirais pas.

Tiens, qu'est ce que je vous disais, il était dans ses starting blocs, le Yves.

Depuis quelques temps, il marche bien et il avait donc envie de le montrer le plus tôt possible. Mais bon, de là à le laisser filer seul comme ça jusqu'à l'arrivée, les autres n'étaient pas d'accord.

Le tour d'aprés, quand le peloton eut rattrapé le missile COSTE, la course ne se calma pas pour autant.Ce fut au tour d'Eric TAMBORINI de passer à l'offensive.

 

Regardez moi ça, Daniel SENAC amène le peloton avec les 2 borderais Yves COSTE et Eric TAMBORINI juste derrière. Au fait, pour ceux qui ne le connaitrait pas Daniel SENAC, il y a....quelques années de cela, il faisait les beaux jours de la FFC et par la suite, ceux de la FSGT. Je m'en rappelle car il m'en a fait voir celui là. Aux autres aussi d'ailleurs. Mais c'est un vrai plaisir de le revoir dans le peloton avec un dossard au dos. Et affuté comme il est, je ne pense pas qu'il prenne ce retour à la légère.

Tiens, même Jean Claude au fond le montre du doigt. Tu le connais toi aussi Jean Claude?

Ah OK. J'ai compris. Tu l'as reconnu et tu fais signe à ton équipier devant, muni d'un rétroviseur, de le surveiller de prés. Sacrés tarnosiens va. Vous êtes des malins vous. Mais je me demande si ce n'est pas illicite ça en course, un rétroviseur (pour ceux qui ne l'aurait pas vu, il y a juste sur le casque du 1er coureur, un rétroviseur pour angle mort, désolé pour le mot mais je ne connais pas d'autre appelation). Le hasard de la photo fait qu'il est pile sur le casque ce qui donne cet effet. Le talent du photographe je pense....

En tout cas, nous au TCC, on n'en est pas équipé de rétroviseur. J'espère que c'est pas obligatoire à compter du 1er juillet ça non plus. Manquerais plus que ça que SARKO nous impose un rétro sur le vélo.

Pendant ce temps, à force de parler, la course ne se décante pas beaucoup. Les GS doivent avoir froid pour rester comme ça ensemble. Pour se réchaufer je suppose non? Et bé non, ça y est, c'est reparti, et encore Yves COSTE qui relance la machine, il est infatiguable celui là. Quelle énergie!!!!!

Tiens, à BORDERES non plus, il n'y a pas de rétro car autrement Yves aurait vu que Daniel SENAC avait réagi à son démarrage. Tu parles, celui là aussi, il la connait sur le bout des doigts la course. Mais un tour plus tard, tout le monde était revenu et c'est groupé que le peloton allait le dernier tour. Alors sprint massif ou pas? Et bien, c'est à un sprint massif que nous avons assistés. Daniel SENAC l'a lancé de trés loin avec Yves COSTE bien calé dans sa roue, encore ces deux là, et vu de la ligne d'arrivée, tout le monde y compris moi, pensions qu'il avait lancé le sprint d'un peu loin le Daniel. Mais non, car vu de face, on pensait que Yves était juste derrière lui mais à moins de 100 m de la ligne, Daniel SENAC avait bien fait la différence et c'est avec plusieurs longueurs qu'il franchissait la ligne d'arrivée tout heureux. Comme on le comprends. RETOUR GAGNANT.

Bon Yves, il faut que tu m'expliques. A ST VINCENT DE TYROSSE, tu avais les mains en bas, à SALIES tu les avais à l'horizontale, et rappelles toi, je t'avais dis que je serais là quand tu les léverais. Et aujourd'hui, tu fais 2ème et tu léves les bras, c'est un code ou quoi? J'y comprends rien. Je fais du vélo depuis 1972 et je n'ai jamais vu ça. Tu joues à qui perd gagne? Ou alors tu t'entraines pour quand.....

Par contre, toi Daniel, tu fais pas dans le détail et comme tu m'as dit que tu allais avoir la retraite au mois de Juillet, et ben, je les plains les GS et aussi les 3ème caté quand ils vont te voir débouler dans le paquet. Tu vas pas passer inaperçu bien longtemps.

                                           ******************************************************************

En 3ème catégorie, les représentants hauts pyrénéens avaient fait le déplacement en voisins. Charles BOURDALLE et Pascal SOLANS du TCC, Henri  LACOSTE et Vincent BALLESTER (CCM) et Jean Michel DUBOS (JAB) étaient bien présents sur la ligne de départ. Et il faisait toujours aussi chaud. Ce qui ne semblait pas déplaire aux concurrents, enfin à certains du moins.

Là aussi, pas de temps mort, la course est partie trés vite. Et il n'est pas étonnant de voir, dés les premiers tours la course animée par Henri LACOSTE. C'est pas une surprise non plus, le connaissant plus dans le role de l'attaquant plutôt que celui de l'attentiste.

Ah, ça fait mal quand même. Mais les adversaires plient mais ne rompent pas Henri. Tu devras recommencer.

Mais les coups de boutoirs des uns et des autres ne feront pas plus de dégats dans le groupe, toujours compact à moitié course.

                                                          Ils font partie de la course les 2 de derrière?

Au fil des tours, la chaleur faisait son oeuvre aussi, les bouches s'ouvraient un peu plus à chaque passage mais point d'échappées à l'horizon.

Tu vois quelque chose à l'horizon Jean Michel?

Si tu cherches des gros nuages noirs pour te faire rafraichir, c'est "rapé", pour une autre fois certainement. Par contre les gars, vous êtes pas trop bien placés en queue de paquet. Vous ne nous avez pas habitués à ça dans les autres courses.

En voilà un qui a su en profiter de votre relachement, à 3 tours de l'arrivée, et il a pas l'air de faire semblant. Derrière pas de réactions, toujours le même écart sur la ligne 1 tour plus tard, pas accru mais néanmoins décisif. Plus qu'un tour, enfin un qui se décide à tenter le tout pour le tout.

Charles BOURDALLE a mis ce qu'il lui restait de force dans ce démarrage. Il a bien pris quelques dizaines de mètres d'avance  mais impossible de lacher ce peloton. C'est normal, tout le monde court aprés tout le monde à ce moment précis et chacun compte sur l'autre pour boucher le trou.

Résultat : le coureur de Thèze a bien mérité sa victoire et ce n'est que pour les places d'honneur que le peloton sprintera.

Vincent BALLESTER prendra la 2ème place du sprint et donc la 3ème au classement. Jean Michel DUBOS, pas dans un grand jour à ASTIS, ça arrive même aux meilleurs, devra se contenter encore d'une place d'honneur en finissant 4ème. Aprés son magnifique effort, Charles n'a pas voulu prendre de risque au sprint et passait la ligne un peu en retrait, juste devant Pascal SOLANS. Au fait, il nous en manque un des Hautes Pyrénées, où a bien t'il pu passer?

Et oui, bien sur, Henri, tu termines en bonne compagnie. Mais je tiens à souligner ton élégance face à Bernadette. La galanterie n'est pas perdue. C'est toujours ça....

                                      *********************************************************************

Il ne restait plus qu'aux 1ères et aux 2èmes catégories de venir se ranger sur la ligne de départ, aux ordres du starter pour clore cet aprés midi cycliste.

Au beau milieu du peloton, le revenant du VCPL Stéphane VUILLECARD, tout d'orange vêtu, le speaker, qui le connait trés bien apparement, l'a surnommé "le bulldozer du peloton". Derrière ce bulldozer se cache un homme impressionnant de par sa carrure, c'est vrai et c'est pas moi qui vais aller lui dire le contraire,  mais et surtout de part sa sympathie.

S'il n'y avait pas la quantité, il y avait au moins la qualité. Les frères VALADE avaient fait le déplacement depuis  leur LOT ET GARONNE, et à mon avis, pas pour faire du tourisme.

Dès le départ, c'est mon coéquipier du TCC, Thierry MARIN qui allumait la mèche. Le peloton était parti sur des bases  trés rapides et dés qu'il fut rejoint, je me proposais pour relancer le rythme.

Pour une fois que je pars seul....

Pas pour longtemps d'ailleurs car au 2ème tour, Joseph PACE (CCM) se lance à ma poursuite. Je me permets de l'attendre et nous continuons ensemble pour nous disputer la 1ère prime. Un groupe de 3 coureurs sort derrière nous, nous l'attendons, mais en fait, c'est l'ensemble du paquet qui nous  revient dessus. On repart donc à zéro. Quelle surprise de ne plus voir mon ami Stéphane dans le peloton dès le 2ème tour. Aprés renseignement pris, il s'avère qu'il a cassé une manivelle. Je vous le dis, ce mec, il lui faut un vélo en acier blindé, normal, il est militaire....

Les attaques se succèdent, comme dans toutes les courses vous me direz, rien de surprenant. Sauf qu'au 8ème tour des 23 à faire, Joseph PACE et Rémy GALLEGO (VCPL) sortent à leur tour du peloton.

Et le trou est vite fait. Les deux s'entendent à merveille. L'effet se fait sentir aussitôt. Derrière eux, Thierry MARIN réagit et amène avec lui 3 autres coureurs. La aussi, le trou se fait rapidement.

Les 6 se rejoignent, imités encore par 3 autres coureurs dont Dylan VALADE. Un gros poisson, celui là et il a faussé compagnie au peloton. Ca commence à sentir le roussi pour ce dernier, d'autant plus que la chaleur amenuise considérablement le nombre de poursuivants.

Si Rémy GALLEGO doit se résoudre à laisser partir ses compagnons de fugue, la bonne échappée est lancée à vive allure. Avec 40 secondes à moitié course, l'affaire semble mal engagée effectivement. C'est ce qu'à compris le duo de Madiran Benoit BOCK et Philippe DAVID dans un premier temps. Ils se mettent à rouler  en compagnie d'Emmanuel MEHAULT (JAB) l'écart se stabilise. Lorsque que Thierry MARIN, ne se sentant pas trés bien, signale qu'il ne peut plus prendre part à l'activité de l'échappée, je me mets moi aussi à rouler.

Mais le plus gros labeur est à mettre à l'actif des 2 madirannais. Sacrés rouleurs ces 2 là. L'écart fond à une trentaine de secondes à quelques tours de l'arrivée mais c'est le moment où Dylan VALADE prend son envol.

                                                          Et c'est parti pour un numéro en solitaire.

Plus personne ne le reverra. Les poursuivants ne se battront plus que pour la 2ème place. Saul qu'au 21ème tour était jugée l'arrivée des 2ème catégorie. Et là, Joseph PACE n'allait pas laisser passer l'occasion de glaner un 2ème bouquet en UFOLEP aprés celui de PAU. Il a une bonne pointe de vitesse et il s'en est servi pour prendre la 1ère place. Du beau travail.

La photo montre bien qu'il n'y a pas...photo à l'arrivée.

Thierry MARIN prenait une superbe 4ème place. Le moral est redevenu au beau fixe et les résultats le prouvent. Ne restait plus que l'arrivée des 1ères. Pas pour la gagne, non, on connaissait le vainqueur depuis un moment déjà. Je crois que c'était sa 9ème victoire cette saison, excusez du peu. Chapeau Dylan.

Tiens la voilà la mode que tu as lançée Yves. Tu fais 2ème et tu lèves les bras et Dylan gagne, et lui il baisse les bras. J'ai du mal à comprendre cette mode moi....Bon, heureusement que ça ne lui enlève rien à sa belle victoire.

Et son frére Jayson, aprés avoir controlé toute la course derrière, se permet de venir ajuster, le mot est faible, le restant du peloton pour la 4ème place. Philippe DAVID termine 6ème, Benoit BOCK 8ème et Manu MEHAULT 9ème.

Je ne peux finir ce reportage sans faire un clin d'oeil au meilleur spectateur de l'épreuve. Il aurait mérité la coupe du plus fidèle supporter, d'aprés les spectateurs présents sur la ligne d'arrivée.

Il n'a pas arrété de rentrer et de sortir de toute la course. Enfin, s'il n'a pas eu la coupe, les spectateurs présents lui ont offert le bouquet. Si, si c'est vrai puisque je vous le dis. La fleur n'y était pas. Il la mérite bien non?

Et pour cloturer cette belle journée, quoi de mieux qu'une magnifique remise des récompenses.

On commence par les GS bien entendu.

Celui là, il t'intrigue Yves. Mais qui c'est ce mec qui se cache sous cette casquette? Tu l'as pas reconnu?

                                            Alors Yves, qu'est ce qu'il y a marqué sur la coupe?

           Le 4ème sur la droite avec les lunettes et la casquette,ne serait ce pas acqueu Johnny Hallyday?

         Superbe victoire pour Joseph et joli podium. Pas trés loin de ce qui se fait de mieux en 2 UFOLEP

                                              Fais pas cette tête Dylan, c'est toi qui a gagné non?

Et voilà, pour finir, chaque vainqueur s'est vu remettre un buggy. Pas mal non comme 1er prix?

Non, plus sérieusement, je voudrais finir en remerciant l'Avenir Cycliste Palois pour sa superbe organisation. La sécurité sur ce magnifique circuit était totale puisque aucun véhicule ne pouvait circuler dessus. Ce qui est assez rare pour ne pas etre signaler. Les lots mis en jeux pour les primes et les prix étaient magnifiques. Merci encore, tant pis pour les absents  et vivement 2009.

 

 

 

La photo est sombre Eric, c'est la faute au photographe, il se met à l'ombre. Pas plus de succés que la tentative de Yves. Il faudra remettre ça un peu plus tard.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau