A TRAVERS LES LANDES - PINDERES Samedi 12 avril 2008

Incroyable, inimaginable, génial..... que n'ai je entendu à l'arrivée de cette course A Travers Les Landes 2008, ou plutot aujourd'hui elle portait mieux son 2ème nom "l'enfer landais".

"Je n'ai jamais vu çà" me diras après l'arrivée Laurent. "l'an prochain, on reviendra avec une voiture suiveuse pour le dépannage et ne pas etre pénalisé comme l'on été Joel et Thierry". Déjà, lors de l'échauffement et la reconnaissance du 2ème secteur, Joel crevait une première fois, à quelques minutes du départ , alors il a fallu faire vite pour réparer et revenir vers le départ, se changer à toute vitesse car le départ était imminent. Et nous n'avions encore rien vu.

Après le 3ème passage de la course d'attente réservée au GS qui avaient la chance,eux, de ne faire que de la route,  72 (courageux) coureurs dont les 4 du Tarbes Cycliste Compétition Laurent DURVELLE, Joel DOMENE, Thierry MARIN et moi meme, se sont lancés pour les 75 kms de cette épreuve qui allait s'avérée dantesque.

Laurent mettait le feu au poudre dés les premiers hectométres et lancait la première échappée mais çà allait beaucoup trop vite pour pouvoir faire la différence. Mais 3 coureurs sont quand meme parvenus à creuser un bel écart de l'ordre de 200 m et dans les 3, il y avait déjà le futur vainqueur. Et alors que la pluie s'invitait elle aussi pendant un bon moment et avec quelle force.... On avait du mal à voir devant nous, heureusement que nous étions sur la boucle de 25 kms sur route, je n'ose imaginer ce que cela aurait donné si nous avions été dans un  secteur de piste.

Vous avez déjà vu PARIS ROUBAIX lorsque le peloton va aborder les secteurs pavés, çà roule vite, trés vite et tout le monde veut se placer pour entrer le premier dans la première partie stratégique et bien  pour l'enfer landais, c'est pareil. Tout le monde attaque et nous arrivons à l'entrée du 1er secteur en file indienne. Ce secteur, trés important, nous l'avions reconnu en voiture avant le départ. 4.5 KMS dont les 2 premiers n'étaient pas de la première jeunesse et quelques beaux petits trous jalonnaient le parcours, remplis bien à ras bord d'eau, ce qui nous empéchait d'évaluer l'importance des aspérités du sol et le piège était bien là.

Dès les premiers métres, le peloton s'étire sous l'impulsion des lot et garonnais, normal, il connaissent le parcours. 46X12, c'est ce que j'avais à ce moment là, et pour moi, çà se passait pas trop mal puisque je restais dans les 5 de tete pour éviter les pièges justement. Pas la possibilité de me retourner pour voir ce qui se passait derrière, çà allait trop vite et trop dangereux, je ne savais pas où étaient Laurent, Thierry et Joel. Après une descente rapide et un pont sur lequel il y avait plus de trous que d'habitude, une petite remontée de 200 m, la deuxième partie de ce secteur était trés bonne puisque toute récente. Après la remontée, je me suis retourné pour regarder un peu les dégats et nous étions juste une poignée de coureurs à l'avant. Mais trop loin de l'arrivée, alors çà c'est relevé et une vingtaine de coureurs sont rentrés. Et après, dès le retour sur le bitume, le paquet se retrouve encore en file indienne. La course était déjà terminée pour les autres.

Thierry et Laurent sont dans le groupe mais pas Joel. Il a connu une deuxième crevaison avant une 3ème et.......une 4ème avant le 2ème secteur, ce qui l'obligera à retourner à la voiture plus vite que prévu. Mais l'expérience lui a plu et il a déjà dit que l'an prochain, il reviendrait mais en ayant mieux préparé l'objectif. Je lui fais confiance pour çà. S'il le dit....

A l'entrée du 2ème secteur long de 4 kms, Laurent prend la tete du groupe et roule, moi dans la roue. Un secteur en faux plat montant, c'est déjà dur sur le plat mais alors quand çà monte, c'est encore plus dur. Et toujours les attaques à partir de la moitié du secteur qui remet le paquet en file indienne jusqu'à la route, enfin....Thierry est toujours là et me dit qu'il est bien sur la route mais beaucoup moins bien dans les secteurs. Laurent commence à avoir des crampes et moi çà va, mais ce n'est pas le pérou.

Mais personne ne se relève et çà continue à fond jusqu'au premier passage sur la ligne d'arrivée. Encore quelques kms, et c'est reparti pour le 3ème secteur, peut etre le plus dur car trés sinueux, beaucoup de trous mais rien de dangereux pour tout dire et pour finir.... de longues parties montantes. Tout le monde est à la peine.  Dès le début, 4 coureurs se dégagent et j'essaie de rentrer mais je n'y arrive pas, trop vite pour moi, alors je me remets dans les premiers du groupe et je serre les dents, c'est dur. A la sortie du secteur, nous ne sommes plus qu'une vingtaine dont Laurent qui s'accroche. Thierry a eu moins de chance, il a crevé lui aussi.

Entre les secteurs, la route me semble bien courte, et çà attaque de partout, la fatigue est bien là, pour tout le monde d'ailleurs, et nous sortons enfin de l'avant dernier secteur, 5 kms,  le plus long, et que c'était long et dur. Mais il est derrière nous maintenant, ouf!!!!!!

Pas de compteur sur mon vélo, alors je demande combien on a fait. 67 kms pour Nicolas CHOUX, Nico pour les familiers, quelle force de la nature celui là. Jusqu'à l'an dernier, il était sous directeur au DECATLHON de  Tarbes et maintenant il a migré du coté d'Agen où il fait le bonheur d'un nouveau club. Il reste donc 8 kms et le dernier secteur, en fait le meme que le 2ème mais pris à l'envers et donc descendant.

Les 4 derniers kms de piste sont devant nous et ça roule toujours aussi vite. Dans les 2 derniers, une nouvelle attaque, les plus costauds ont décidés d'y aller franchement. J'attends pour voir mais je m'aperçois que personne ne veut boucher le trou alors je me décide, je fonce et je rentre....le dernier. Nous récupérons au passage un des 4 gars de devant qui ne s'accroche pas. Nous sommes 6 à la sortie du dernier secteur, il ne reste plus qu' 1.5 km et çà roule toujours  jusqu'au sprint où je prends la 3ème place, les jambes commencaient à tourner "carrées". Je prends la 6ème place mais seulement la 4ème en 2ème catégorie. Laurent arrive dans le second groupe, dans les 20 premiers et 9ème 2ème catégorie.

Aujourd'hui, A travers les Landes était  vraiment un "enfer landais" mais quelle satisfaction d'avoir terminé, sans crevaison, cette magnifique course. Oui, aujourd'hui, j'ai participé à une des plus belles courses que j'ai eu l'occasion de faire. Aucuns regrets et quelle bonheur d'avoir fini.Et je serais normalement bien présent pour la 3ème édition. Apparemment, je ne serais pas le seul. Vive A travers les landes 2009.

Pour vous donner l'eau à la bouche, je vous présente 2 photos, les autres sont dans l'album photo. Je vous invite à aller y jeter un coup d'oeil.

Allez, pour 2009, çà ne vous tente pas?

 

Commentaires (3)

1. alain boucles de l' adour 16/04/2008

super course vu de l'arrière , fini tout seul plus crevéson a 2 kmde l'arrivée. Motif pas assez fort pour rouler dans les coffres des voitures pour rentrer dans le peloton comme certain coureur classé . Belle course a refaire l'année prochaine avec un peu de km en plus au compteur . A Dimanche je vais passer encore une bonne après midi derrière . Salut alain.

2. larricq 15/04/2008

quelle course !!! plus sale par rapport au cyclo cross mais quel plaisir . j ai eu la chance de ne pas creuver et de finir avec le groupe des 20 . par moment , on se demandait avec laurent dans quelle galere on etait !!! rendez vous pris l annee prochaine !!! salut alain , peut etre a dimanche a os marsillon , ca grimpe !

3. CHOUX 13/04/2008

Merci pour "la force de la nature", j'ai également pris beaucoup de plaisir de participer à l'enfer des Landes! Une course de guerriers! comme je les aimes!
@ plus
Nicolas

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau