VENDREDI 27 AOUT

 

 

VENDREDI 27 AOUT

Voilà, le Jour J est arrivé. Comme d’habitude ici, 7h45, debout direction la douche pour le grand réveil et je descends à 8h00 précises pour le petit déjeuner où Jean Louis, Jean, Jean Claude, Raymond et Rolland me rejoignent aussi. Les dames arrivent juste après…..normal, une femme, c’est plus long à se préparer…….non, je rigole, ce n’est même pas vrai !!!!!!

9h00, toute la délégation masculine s’entasse dans mon véhicule et direction l’Accueil pour récupérer les dossards pour Jean Louis et moi, les photos pour Jean Claude et Jean, Rolland vers le stand de vêtements….. Chacun son truc….. 9h30, retour au chalet, fixation de la plaque de cadre sur les vélos et repos dans la chambre….jusqu’au départ de Jean Claude et Bernadette qui regagnent la France dès ce matin après avoir passé un sublime séjour en Autriche, c’est déjà de gagner.

11h00, c’est le moment de préparer les bidons, la tenue, le vélo qu’il faut gonfler, une dernière photos d’avant course avec Jean Louis et nous partons vers le village pour l’échauffement…..sous les nuages noirs et le vent qui souffle bien fort….. Pour le moment, rien de bien méchant mais…..

12h00, après avoir fait une quinzaine de bornes dont la côte, je quitte le maillot à manches longues et le donne à Nicole mon épouse en haut de la côte. Nous redescendons vers la ligne d’arrivée pour aller s’échauffer en direction de l’aérodrome mais le vent se fait bien plus fort, en bourrasques maintenant….et les nuages (très) noirs sont au dessus de notre tête mais nous n’avons encore rien vus. Bien entendus, on continue l’échauffement mais le pessimisme commence à nous gagner car c’est vraiment pas joli, ce ciel noir qui a généralisé l‘horizon, pas bon signe, pas bon signe du tout. 13h40, je commence à me rapprocher de la ligne de départ …..pour avoir une bonne place sur la 1ère ligne quand les 1ères gouttes commencent à tomber, pas très nombreuses dans un 1er temps mais le robinet est ouvert quelques minutes après. Plus un seul coureur sur la route, tout le monde est sous les abris de toit  mais il est 12h45, et advienne que pourra, sans sur-chaussures, sans manchettes, sans veste, je pars seul vers la ligne de départ…..sous le déluge. Tant pis, je n’ai pas le moral au beau fixe mais j’essaie de rester optimiste…. ¼ heure planté sous la pluie en attendant le départ, je ne vois personne de connu autour de moi…..sauf Luc CANFIN le parisien et Daniel PERRET le cyclocrossman  lyonnais. La pluie redouble d’intensité et je ne me donne pas  beaucoup de chance d’aller bien loin…tout au plus en haut de la côte.

13h00, le départ est donné et 500 m après le départ, j’essaie mes freins…..qui ne rendent pas beaucoup….et ça me donne plus envie encore de tout laisser tomber. Sauf qu’arrivé dans la côte, j’ai de bonnes jambes de suite….mince, je n’avais pas prévu ça avec ce temps et en haut de la côte, je ne suis pas loin des premiers ……je m’oblige à continuer sous le déluge, je vais bien voir ce que cela donne sous la pluie. On attaque la descente à 60 à l’heure, un par un, en file indienne, ça visse un max, plus vite que mardi quand il faisait beau….mais je suis très à l’aise malgré mes craintes dans la descente avec mes freins….mais apparemment tout le monde a le même problème. La 2ème côte est avalée sur un rythme effréné…et je suis encore devant, je fais la descente prudemment et celle-ci passée…..le moral remonte, je reprends confiance. Je me dis que maintenant, tout est possible. Retour vitesse Grand V vers la fin du circuit….et on attaque le 2ème tour à bloc, je monte grand plateau et je me dis que ça ne va pas aller bien loin comme ça…..le rythme baisse un peu, nous sommes à 28/30 km/h dans la montée, sous la pluie qui n’arrête pas et le vent qui nous secouent comme des pruniers, c’est un peu dangereux mais je garde contact avec les premiers et mon moral est en hausse. Au sommet, je passe dans les 20 sans m’être trop défoncé, je n’ai pas mal aux jambes, je me sens bien alors maintenant je vais faire la course…..sauf qu’on nous annonce que 3 coureurs sont devant !!!!!!!!! En fait, je ne sais pas où ils sont partis et j’en savais strictement rien……mais nous avons en plus 2’ de retard !!!!!! Quoi, 2 ‘ dans les carreaux à la vitesse où ça roule, mais qui c’est ces OVNI ? Bon, j’en prends mon parti et je vais essayer de courir pour la …4ème place. Je reste aux avants postes de la quarantaine de coureurs toujours là….dont l’Equipe d’Italie pas tout à fait au grand complet mais il en reste encore….. 2ème bosse et au sommet, je suis dans les 6/7ème, ça se passe de mieux en mieux pour moi, je ne fais aucuns efforts de trop et j’ai des jambes d’enfer aujourd’hui…..je sens que je peux faire un truc !

La 3ème bosse passée, je me cache au maximum, ça roule très vite, ça attaque de tout côté….mais je suis l’allure sans un coup de pédale de trop, j’ai de la force, je mise tout sur le sprint.

10kms, ça frotte sec (enfin façon de parler….), plus que 5 kms je commence à remonter mais ça bouge sans arrêt, dès que je suis dans les 10 premiers, ça serre sur le côté et je me retrouve….30ème, pas facile de rester devant.  2 kms de l’arrivée, nous ne sommes que 40 mais c’est comme si nous étions 120, incroyable, tout le monde veut une place, c’est super dangereux, je ne suis pas bien placé mais je vois une ouverture devant moi côté droit…et je sprinte pour me replacer dans les 20…..et je refais la même chose à gauche pour passer dans les 10 au km…… mais on se fait serré…et je perds quelques places mais tant pis, je fais un nouveau sprint pour revenir dans les 10 aux 500 m où je passe sur le 50x11, plus le choix, je ne suis pas bien placé, le sprint se lance mais impossible de me dégager…..M…., je suis 20ème au moins à 100 m de l’arrivée et je vois un tout petit trou….où je me faufile pour finir en trombe et prendre la 11ème place du sprint, quel gâchis, je suis sûr que j’avais les jambes pour faire 4 ou 5 mais une fois de plus, après la Coupe du Monde, je reste sur ma faim, quel dommage, je ne sais pas si j’aurais de telles chances à l’avenir de faire dans les 5 premiers d’une course de ce niveau……mais tant pis, je reviendrais. 14ème au final, c’est tout bon quand même, j’aurais une coupe et le droit de monter sur le podium….. pour la 1ère fois pour un Championnat du Mode, les autres fois, c’était pour la Coupe du Monde.

Retour à l’hébergement en vélo…sous l’orage et le déluge qui continue…….vite, la douche, ça fait du bien.

Rolland, Jean Louis et Raymond ont décidés de repartir ce soir, les adieux sont faits et il ne reste plus que Jean et son épouse, Nicole et moi alors ce soir, ce sera resto…… Direction la Pizzéria d’ailleurs avec un bon dessert à la clé et nous rencontrons les coureurs du Tarbes Pyrénées Cyclisme qui vont courir demain….. sous le beau temps normalement. Repas et direction la remise des récompenses. Voilà, la soirée se termine à 22h00, bonne nuit les petits car nous repartons demain soir…..

Pour les photos, vous ne manquerez rien, je ferais tout ça en rentrant… ;et vous aurez même droit à la vidéo humide du jour…..




Vu d'en haut, ils sont impressionnants ces français......


par contre, pour la photo officielle, c'est pas le sourire qui prédomine.....un peu crispé quand même.....normal, on part faire un Championnat du Monde!


Du haut de la côte, ça semble parfait.....


et l'échauffement avec Jean Louis se fait normalement.....


sauf qu'il commence à faire grand vent....et que les nuages noirs arrivent....vite


Bon, sur la ligne de départ, sous la pluie, le sourire est de rigueur.....peut être pas pour longtemps....


Là, c'est parti......non pas pour nous, pour le déluge.....ça tombe à grands seaux.....


1/4 h à patienter sous la flotte....vivement 13h00 qu'on parte


et dès le sommet de la côte, un Canadien et un Italien sont partis comme des fusées....


derrière, ça réagit et ça monte grande plaque comme on dit, pas le temps de passer le petit plateau, ça va trop vite....


mais je suis sans (trop) de difficultés.....


alors je continue.....sur le petit plateau.....heu oui, j'avais envisagé d'arrêter là mais avec ces jambes là, plus question, je vais poursuivre un peu pour voir si ce n'est pas trop dangereux!


Par contre, dans la 2ème course, Jean Louis, malade, est obligé de laisser partir le peloton et va arrêter, normal, rien à faire avec ce sale temps là!


2ème tour, 2ème passage en haut de la bosse, on retrouve notre Canadien avec un Danois au maillot de la sélection nationale rouge à bandes blanches, du nom de HELLERUP HANS JORGEN, vous ne le connaissez pas vous...mais moi oui. Ce gars là, depuis les années 2000, il a dû en gagner 6 ou 7 des titres mondiaux sur route. On dirait un pro ce mec, une classe folle, je ne connais pas son passé mais je peux vous dire qu'il est capable de gagner en solitaire, au sprint d'un petit groupe....ou celui d'un sprint massif. Impossible de le battre celui là, trop fort pour moi..... et je vous parle même pas du 3ème qui le ......Champion sortant, là c'est du costaud à l'avant et je vais vous faire une confidence.....je ne savais même pas qu'il y avait des coureurs à l'avant. 2' en haut de la bosse, mais comment ont ils fait?????????? Incroyable, derrière ça a vissé à bloc et on a 2' dans les carreaux, magique!


et 2' après, les premiers du peloton étiré.....


et je peux vous dire que le petit plateau est interdit.....trop vite!


A l'arrivée, pas de surprise, trop fort le danois.....


sprint pour la 4ème place derrière....


et j'y suis, complétement à gauche, enfermé dans le peloton, impossible de sprinter....avant les 100 derniers métrs sinon..... là, regrets oui, sûr!


80 kms avec la flotte à bloc, les yeux en feu!!!


Un petit peu d'abri sous le toit d'une maison


mais le sourire revient vite, je dois faire dans les 15 d'après les autres, ce serait justice....


et oui, incapable de faire un sprint correct cette année alors que je suis plus fort, c'est comme ça!


Et oui, je te dis Rolland, incapable de faire le sprint....


Tiens, toi, Jean François, tu me comprends au moins?


AH, si j'avais pu me dégager, je te leur faisais la peau.....  OUI, mais avec des si!!!!!!


le soir sur grand écran, au moins je fais voir le maillot du club.....


et d'entrée, je parts devant


mais comme il y a du vent, je range vite les armes....

Enfin, une 1ère récompense dans un Championnat du Monde, les 3 autres, c'était pour la Coupe du Monde.

Commentaires (1)

1. victor christelle 29/08/2010

enfin de retour en France apres le long periple de 1300kms.les championnats du monde se meritent!!!tout d'abord,j'espere que votre voyage-retour s'est bien deroulé.Ensuite,felicitation pour les 3 courses effectuées notamment la derniére avec des conditions climatiques difficiles.Pour ma part,je reste un peu sur ma faim,mais cela n'est que partie remise...a bientot peut etre,du coté de Borderes ou de Tostat.Pour l'instant,fini les vacances,rentree scolaire cette semaine!!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau