VOYAGE ALLER

Voyage Aller

Départ de la maison à 19h00, direction Toulouse où nous (mon épouse Nicole et moi) devons récupérés le vélo de Robert MASSOT . Arrivée chez lui à 21h00, nous avons également le plaisir d’y retrouver Roland ROLLEAU  qui fait honneur à la table de Dany et Robert.

Puis reprise de la route à ….23h00 après et c’est parti jusqu’à la frontière France/Italie pour une petite pose.

Arrivés à 5h00 du matin au dessus de Monaco, arrêt de 2h00 pour un peu de récupération, un coup d’œil sur le magnifique spectacle de la Baie de Monaco et c’est reparti pour la traversée de l’Italie sous la chaleur, il fait déjà 29° à 9h00 du matin. Le voyage se passe bien et nous entamons la longue, l’interminable même je devrais dire, vallée du Trentin qui va nous amener au BRENNER, le col qui sert de frontière entre l’Italie et l’Autriche. Prés de 300 kms de vallée qui serpente jusqu’au sommet, enfin moi, je ne m’en rends pas compte car c’est du faux plat tout le temps. Mais qu’est ce que c’est beau ! la vallée est quasi exclusivement réservée à la vigne et aux exploitations d’arbres fruitiers et ce presque jusqu’au sommet du col, il n’y a guère que les 3 ou 4 derniers kms où on ne retrouve pas de plantation et au sommet il y a même des champs de …..Fraisiers sous serre et ça donne envie d’en manger de les voir si prés.

Le sommet franchi, nous voilà maintenant en Autriche. Longue descente sur Innsbruck avec son départ de saut à ski olympique  impressionnant qui surplombe l’autoroute puis les 80 derniers kms sont fait à petite vitesse, moins de 100 km/h car ici la vitesse est réglementée sur l’autoroute et c’est très, très, très long. Bon, les 30 derniers kms sont faits sur une route départementale et là, pas de problème de vitesse car nous sommes rentrés de plein pied dans le Tyrol et nos yeux en profitent au maximum.

De suite, nous nous rendons à l’hébergement pour y déposer les affaires (et il y en a….) et prendre une bonne douche. Quel calme ici, rien à voir avec ce que nous connaissons. Ici tout est reposant.

18h00,  direction le centre ville pour aller manger (et oui, ici, il faut compter une bonne heure et demie de décalage avec la France pour ce qui est dîner le soir (après 21h00, difficile de trouver un resto qui vous fasse manger. Petite promenade en ville pour s’apercevoir que c’est la fête, tout le centre est bloqué par des animations pour les enfants (dés fois même des grands…..) et vers 19h30, nous voilà au restaurant  où nous avons un peu de mal à reconnaître les plats qui nous sont proposés. L’an passé, je crois bien qu’il y avait un menu traduit en français dans ce resto, bon tant pis, c’était bon quand même, c’est le principal non ?

De suite dehors après manger et nous avons droit à un concert « local », façon groupe tyrolien mais qui doit être réputé car la place de St Johan est noire de monde. C’est vrai qu’il est entrainant ce groupe…….et nous avons même droit au French Cancan par le guitariste. Plusieurs fois même certains morceaux avec par exemple la guitare derrière la tête, si, si en fait c’est la même chose qu’avec la guitare devant, mais là, c’est derrière la tête. Un peu comme l’histoire à Coluche avec la lessive. Vous savez, celle qui lave aussi blanc avec le linge auquel on a fait les  nœuds mais une fois mouillés, bonjour pour faire les noeux. En fait c’est la même chose mais après il faut défaire les noeux !!!!!!!!

Seul petit problème (et de taille !!!!!!!!!!!) je n’ai pas trouvé de point wifi ni de cybercafé. En Autriche, internet n’est pas aussi développé que chez nous et j’ai quelques difficultés. Je cherche toujours.

22h00, retour au bercail pour un gros somme dont le réveil est prévu à 8h00.

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau