Samedi 29 AOUT 2009

Samedi 29 Aout 2009

Qu’est ce qu’il a plu cette nuit, des trombes d’eau sans arrêt et quand on se réveille ce matin……ça continue. Heureusement que je ne cours pas aujourd’hui, je plains les autres, il faut avoir le moral. Pour ma part, j’ai passé une bonne nuit, je n’ai pas eu d’autres vertiges car en dormant, il suffit que je me tourne un peu brusquement sur le côté droit pour que ça reparte, bon, j’espère que c’est passé.

Tout le monde se retrouve à 8h00 pour le petit déjeuner où je prends un peu plus de temps que d’habitude pour « papoter » avec les autres, plus besoin d’aller préparer le vélo, plus de timing, ouf, pour moi, c’est du relax, une journée sans programmer quoi que ce soit, enfin, ça fait du bien aussi.

Bon, ce n’est pas tout, mais il faut que je finisse le compte rendu que j’ai laissé « en plan » hier soir. Et il en reste un bon bout à écrire. Je récupère aussi les photos de Raymond de son appareil quand il rentre de l’accueil pour retirer les derniers dossards pour nous, Roland court aussi dans la même course et comme mardi, il a gagné la Coupe du Monde, c’est le favori n°1, alors nous n’avons pas le droit de le déconcentrer ni de le laisser tout seul, donc on l’entoure du mieux possible.

Ensuite, il me faut choisir quand même les (quelques) photos que je vais mettre sur le compte rendu. Mais je me restreins au maximum car je ne vous dis pas la « cohue » qu’il y a chaque jour au cybercafé, qui en fait ne sert pas de café mais vend des souvenirs. C’est un cybersouvenirs quoi, appelons le comme on doit l’appeler. Le temps de connexion est illimité mais il y a tellement de personnes qui attendent que le patron fait un peu le tempo pour tout le monde. Bon, ça se passe bien quand même, il n’y a pas de « ronchons ».

Les « Femmes » sont descendues en ville pour faire une dernière visite aux magasins, du shopping comme on dit, histoire d’acheter en Autriche ce que l’on pourrait trouver moins cher en France, mais bon, c’est plus original. (Heu, j’espère qu’elles ne liront pas le compte rendu…….) Il faut dire qu’ici, il y a des soldes en ce moment alors si on peut trouver quelque chose d’intéressant……

10h45 déjà, je descends à mon tour en ville mais moi c’est direction le cybersouvenirs, comme tous les jours et comme tous les jours…..je vais attendre. Il faut être patient aussi…….. Si les Autrichiens pouvaient développer internet un peu plus, ça serait tout aussi bien !

Ca y est j’ai ma place et en ¼ heure, tout est fait et à mon tour je laisse ma place. Nicole m’a appelé pour me dire qu’il y avait des nouvelles photos de la veille, elle m’a rejoins et on va y aller ensemble. Mais, passage obligé par la case « souvenirs » avant de se diriger vers le local photo. J’y trouve vite fait une photo de moi en haut de la côte au 2ème passage mais je trouve que j’ouvre bien la bouche, n’aurais pas été aussi bien que je ne le pensais ??????? Bon, c’est fait, c’est fait, je ne vais pas refaire la montée une autre fois pour y changer quoi que ce soit.

Retour à l’hébergement et il continue à pleuvoir mais quelques gouttes seulement. On croise Roland qui descend pour aller s’échauffer, il est 11h45, son départ est à 13h05 et au passage il me rappelle de lui ramener les gants longs au cas où !!!!!!!!  Je suis toujours un peu prévoyant dans ces cas là et même en été, je me méfie de ce climat dans la montagne, s’il pleut, ça peut devenir très vite froid. On rentre récupérer les gants donc et le caméscope et l’appareil photo. J’en profite pour demander à Andréa comment payer mon PV de l’autre jour et gentiment, elle va s’en occuper lundi pour moi, super sympa cette patronne. En fait, on est vraiment dans une famille qui nous reçoit ….comme sa famille. Ils ont tellement l’habitude de voir débarquer des cyclistes qu’ils sont au petit soin. D’ailleurs, chaque fois qu’il y a un récompensé de la Pension, elle ne manque pas la cérémonie. C’est une sportive aussi car elle court tout les jours, bon, elle est affutée aussi, c’est plus facile.

Direction la ligne de départ où on retrouve Roland en train de faire du home trainer bien à l’abri sous un porche, pas plus mal en fait car la pluie, contrairement à hier , n’est pas trop chaude. Il est entouré de la « garde » complète.

Raymond aussi arrive à son tour mais lui, il tourne dans le village et aux abords de la ligne d’arrivée.

Je vous présente l'Alain GOROSTEGUY local qui appelle les coureurs pour le 1er départ

et surprise de taille, Michel POLNAREFF est au départ et moi qui ne savait même pas qu'il faisiant du vélo

et tant que j'y suis, un peu de Vitamine C, ça peut pas faire de mal (enfin, je crois que c'est de la Vitamine C......)

Qu'est ce qu'il nous fait Didier LANGLOIS, il nous fait le "mur", non la barrière, tu veux pas prendre le départ ou quoi! Ah, ok, c'est pour s'alléger avant le départ, je comprends!

Ah, ça va mieux.

Tiens celui là pensait pouvoir resquiller en venant par l'avant, c'est rapé, il est reconduit derrière le peloton par les Coimmissaires

13H00, le 1er départ est donné

 

Ca en fait du monde dans ce peloton

et le 2ème groupe, celui qui nous intéresse vient se ranger aux ordres des commissaires

 

 

Roland scrute le ciel, ça à l'air de s'arranger

 

 

Roland et Raymond sont côte à côte sur la 2ème ligne, la pluie s’est arrêtée mais la roue est mouillée.

 13h05, c’est parti pour eux aussi, 40 kms à faire, c’est beaucoup et très peu à la fois, à 65 ans, on

aurait certainement besoin d’un peu plus de distance pour rentrer dans le rythme mais la distance est longue pour beaucoup, alors c’est un juste milieu. Le départ est rapide et la bosse arrive bien vite. Au somment, Roland pointe aux avants postes du groupe qui passe compact sauf quelques lâchés ….dont Raymond qui n’a pas trouvé la bonne carburation dans la côte, plus facile à dire qu’à faire.

Le peloton est toujours groupé à l’attaque de la 2ème côte et Roland démarre dans la partie la plus pentue et il entraine une douzaine de coureurs dans sa roue mais il est tellement fort qu’il en paralyse les autres, personne ne veut (ou peut) lui prendre de relais ……et le peloton se reforme dans la descente une nouvelle fois. La 3ème côte n’y changera rien et le peloton amorce les 20 derniers kms où les attaques fusent. Pensez donc, sur les 90 coureurs au départ, il y a 18 hollandais et 30 allemands, pas facile de faire sauter de tels blocs mais à 5 kms de l’arrivée,  Roland trouve l’ouverture et s’en va seul. Il prend rapidement 150 m d’avance et il va falloir revenir sur lui. 2 coureurs sortent à leur tour et……reviennent à 3 kms de l’arrivée à 50 m de lui mais plafonnent. Le peloton les a en point de mire et reprennent les 2 à 2 kms de l’arrivée et Roland à 1.5 km de la ligne. Dur, dur mais il a le moral et bien qu’ayant presque tout donné, il se mêle au sprint massif mais après avoir fait un tel effort, il ne peut se placer dans les premiers et vire aux 500 m en presque vingtième position pour venir prendre

la…….4ème place à une longueur du nouveau Champion du Monde. Quand on connait la valeur des gars, je peux vous dire qu’il a réalisé un exploit mais qui n’est malheureusement pas couronné de succès mais ce n’est que partie remise.

 

Il a tout donné et c’est la 1ère fois que je le vois au « taquet » de la sorte après la ligne. Il a fallu qu’il s’emploi ferme, je peux vous le confier car ce n’est pas un mec à se décourager. Chapeau Roland ! Tu vas nous le ramener un de ces 4 ce maillot irisé qui t’irait si bien.

Raymond en termine un peu plus loin dans un tout petit groupe, le principal étant de terminer la course.

Les autres arrivées se succèdent et nous rentrons à l’hébergement. Je n’ai pas trop de temps pour préparer le compte rendu car nous allons redescendre en ville assez rapidement car il y a un critérium ELITE dans la ville et on ne va pas manquer ça. Le circuit fait un peu plus d’un km et est très sinueux, je pense qu’il on beaucoup de chance qu’il ne pleuve pas car bonjour la patinoire entre les virages et les pavés. Le départ vient d’être donné à 18h00 et au bout de 3 tours, on décide d’aller manger au resto qui borde le circuit……comme ça on ne manquera pas grand-chose et on pourra voir la fin tranquillement.

On termine de manger à 19h00 et on sort pour voir tous les gens dans la rue, la course vient de finir……et nous n’avons rien vu. Bon que voulez vous, c’est comme ça mais ça aller vite quand même d’après ce qu’on a pu voir…..à travers la fenêtre. Bon, l’an prochain peut être.

Direction la remise des récompenses,

Bruno PODESTA, l'Allemand, multiples fois vainqueur sur ce circuit ici dans la classe d'âge 1901-1934 (faites le compte......). Si mes souvenirs sont bons, il a été également de multiples fois Champion du Monde Elites de demi fond à son époque. Il a de beaux restes. Sur la 3ème marche du podium, le français Paul MARTINEZ.

Un titre suplémentaire également pour le Français Jacques GESTRAUD aprés sa victoire en Coupe du Monde cette semaine. En 1960, il fait 9ème aux JO de Rome et participe aux Championnats du Monde  Amateurs cette même année là avant de révêtir le maillot de Champion de France Amateurs en 1961. Qui a dit qu'il n'y avait pas la qualité dans les Masters?

et un beau drapeau tricolore tout en haut dans la nuit autrichienne, quel bonheur d'entendre la Marseillaise tous les jours. Super!

Roland va aller chercher son 3ème trophée de la semaine, pas mal, certains s’en contenterait sur une carrière, lui il fait ça sur une semaine, moi je suis preneur……..

 

Le podium des 1948-1950 bocotté par l'Américian Kenny FULLER arrivé 2ème. En fait, les 2 premiers sont arrivés ensmble mais vu les geste qu'il a fait à l'encontre de son compagnon d'échappé, je crois savoir qu'ils ne vont pas aller passer les vacances ensembles ces deux là. 

 

Direction ensuite pas la case ……..bar où on boit un petit coup, histoire de rigoler et retour à l’hébergement vers les 22h30…..où il faut penser à préparer les affaires pour le lendemain car c’est le……retour déjà.

Pas le temps de faire le compte rendu, je le ferais donc…..à la maison.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau